';
3 Jours - Lord Wilmore | Exposition | 17h00 - 21h00
Lord Wilmore | Exposition
Lord Wilmore | 3 Jours | 17h00 – 21h00
Exposition d’Art Contemporain Numérique

La pseudo identité des groupes humains.

Il est apparu à Lord Wilmore que la pseudo identité des groupes humains menait systématiquement aux mêmes désastres. Au mieux : les conflits.  Au pire : la guerre.

Les affirmations de type « je suis chrétien », « je suis musulman », « je suis juif », « je suis blanc », « je suis noir », « je suis rouge », « je suis jaune », «je suis Tutsi », « je suis Hutu» etc… menant à peu près toujours à des catastrophes sanglantes et mortifères.

Selon Lord Wilmore, c’est la réponse appropriée à cette question de l’identité des groupes qui permettra, entre autres choses, la survie de notre espèce.

Lord Wilmore travaille donc sur plusieurs concepts posant la même question de manière plus ou moins directe : « L’identité des groupes humains ne serait-elle qu’une dangereuse illusion ? »

Le Bow Tie Duck.

Un de ces concepts se matérialise à travers le Bow Tie Duck.

Ce canard à nœud papillon, figuré en un minimum de traits, est un personnage à la fois lunaire et transparent permettant la projection totale du regardeur dans l’œuvre.

N’ayant ni yeux, ni bouche, ni trait de visage, il invite le regardeur à s’identifier totalement à cette forme. Regardeur qui n’a d’autre choix que de se projeter dans son propre personnage, c’est-à-dire : chacun et chacune d’entre nous. Un paquet d’identités…

7 milliards d’identités différentes.

L’identité des groupes humains serait donc un leurre ?

La seule identité de groupe qui pourrait être valable durablement serait d’admettre : « Je suis humain ». Toutes et tous uniques, mais toutes et tous uni(e)s dans une seule humanité.

Nous verrons bien où tout cela va nous mener.

NOTA BENE.

Toutes les œuvres de Lord Wilmore présentées au F.A.N. font partie de la série des Bow Tie Ducks (Canards à nœud papillon).

L’ultra-chromatisme développé dans chaque oeuvre de Lord Wilmore espère un choc vibratoire chez le regardeur qui restera seul juge d’ouvrir sa sensibilité, ou pas. Dans un monde parfois terne, parfois horrible, l’ultra-chromatisme a son rôle positif à jouer.

Enfin, la plupart des œuvres présentées au F.A.N sont intégrées dans un « foil », sorte d’emballage simulant le cellophane et semblant insister sur le caractère artificiel et à tout le moins incertain de toute vérité définitive sur quelques sujets que ce soit.

Car malgré toutes les (bonnes) intentions des artistes, l’œuvre d’art n’est peut-être qu’un bien de consommation comme un autre.

Comments
Partager
louis

Leave a reply